Pascale Joannin âge – Pascale Joannin est directrice générale de la Fondation Robert Schuman, qu’elle a rejointe en 2007. Diplômée de relations internationales approfondies et de l’Institut d’études politiques, elle a été auditrice de la 56e Session nationale de la Conférence internationale Réseau de développement humanitaire et économique.

Pascale Joannin âge
Pascale Joannin âge

En plus d’être une spécialiste de l’Union européenne et de ses politiques, elle est l’auteur de divers articles sur les droits des femmes dans l’Union européenne.

Une rencontre fortuite n’a pas abouti aux grandes conquêtes des femmes. Ils n’ont rien reçu en retour. Rien d’autre que leur persévérance et leur persévérance ne sont responsables de ce qu’ils ont accompli. C’était vrai hier, et c’est vrai aujourd’hui, et ce sera encore vrai lundi.

Les progrès évoluent à un rythme si glacial qu’il faudra beaucoup de temps avant que quoi que ce soit de significatif ne change. Et parce qu’il existe une variété d’obstacles qui empêchent le progrès de se produire spontanément, ces avancées vitales ne peuvent pas avoir lieu de manière naturelle. Parfois, il faut prêter main forte au destin.

Féminisation de la Société

Progressivement, l’idée selon laquelle, pour corriger les déséquilibres existants entre les hommes et les femmes, des mesures incitatives plus contraignantes sont nécessaires pour vaincre les réticences et donner un “coup de pouce” à la féminisation de la société s’impose.

Même si les femmes sont plus qualifiées que les hommes, elles sont sous-représentées de manière disproportionnée dans les postes d’autorité.

Que faut-il faire pour rectifier la situation ? En utilisant des quotas. Certaines personnes deviennent pâles, d’autres s’irritent ou perdent leur sang-froid à l’usage de ce mot ; il ne laisse personne indifférent à sa mention.

Il y a dix ans, des quotas ont été mis en place afin de remédier à une sous-représentation manifeste des femmes dans les assemblées parlementaires, qui était un problème dans la vie politique de l’époque. Ils ont été utilisés dans un certain nombre de pays. Et force est de reconnaître que cela a donné un certain élan vers la parité.

Pascale Joannin âge
Pascale Joannin âge

Considérons le fait qu’il y a plus de Françaises élues au Parlement européen, où des quotas sont imposés, qu’à l’Assemblée nationale , où la loi vise toujours avant tout à inciter les partis politiques.

Malgré le tollé qui a été soulevé lors de l’adoption de ces quotas dans différents pays européens, il apparaît qu’il sera extrêmement difficile de faire marche arrière.

D’abord et avant tout, parce que la représentation des femmes dans les parlements et dans les gouvernements est encore disproportionnellement faible, et parce que toute régression dans ce domaine aurait les pires conséquences et serait préjudiciable à celui qui était derrière. Ensuite, il y a le fait que la démarche a depuis fait son apparition dans la vie économique.

Par ailleurs, la Commission européenne a inscrit cette question à son ordre du jour. Partant du constat qu’ au cours de la dernière décennie, malgré d’intenses débats publics et plusieurs initiatives volontaires.

l’équilibre entre les femmes et les hommes dans les conseils d’administration n’a guère évolué en Europe, la Commission européenne a proposé le 14 novembre 2012 une directive qui fixe un objectif minimum de 40 % de membres du sexe sous-représenté parmi les administrateurs non exécutifs des conseils d’administration des sociétés cotées en bourse en Europe d’ici 2020.

Entreprises européennes

ou d’ici 2018 pour les sociétés cotées en bourse en Europe. Selon sa vice-présidente, Viviane Reding, “les conseils d’administration des plus grandes entreprises européennes continuent d’être contrôlés par des hommes, et un plafond de verre empêche les femmes brillantes d’accéder aux plus hauts niveaux de direction”.

Les femmes ne représentent que 15 % des conseils d’administration non exécutifs et 8,9 % des conseils d’administration », selon le rapport.

Cette idée a suscité de vifs débats, et Mme Reding a même dû tenter à nouveau de vaincre les oppositions, tant au sein de la Commission que face à neuf États membres opposés aux quotas sur le fond.