Marie Sophie Lacarrau Marie-Sophie Lacarrau est une animatrice de télévision et journaliste française.
Marie-Sophie Lacarrau est née dans l’Aveyron et a grandi près de Perpignan.

Marie Sophie Lacarrau
Marie Sophie Lacarrau

En 1995, elle obtient son bac et fréquente un lycée littéraire à Toulouse avant d’obtenir une licence de lettres à l’université du Mirail.

Marie-Sophie Lacarrau a pu se rendre jusqu’au 13h. nouvelles malgré plusieurs heures d’absence en raison de problèmes de santé. Mais pas pour longtemps, car elle va bientôt quitter son rôle.

En janvier dernier, alors qu’elle s’apprêtait à fêter sa première année en tant que présentatrice du 13h de TF1. programme, Marie-Sophie Lacarrau a fait un cauchemar qui l’a tenue à l’écart pendant plus de cinq mois.

Une maladie longue à soigner qui aurait pu la conduire à la cécité. Si sa santé s’améliore aujourd’hui, des changements sur le plateau doivent être faits.

“Je ne peux toujours pas travailler avec un éclairage à 100 % sur le plateau parce que mes yeux ne peuvent pas le supporter, j’ai donc eu deux semaines de préparation avant de reprendre les ondes à la mi-mai, et j’ai fait quelques journaux à blanc tous les jours pour tester mon œil.”

Nous avons pu trouver une lumière adéquate pour les caméras, le spectateur et mon œil, explique-t-elle à nos confrères du Centre Presse Aveyron.

Nous découvrons dans cette même conversation que la journaliste sera de nouveau absente. Elle sera à l’antenne “jusqu’au 8 juillet, puis pendant les festivités du 14 juillet” avant de partir en “vacances en Occitanie !” “Quand on aime un lieu, on y revient sans cesse”, précise-t-elle.

Marie-Sophie Lacarrau a fait des pas de géant. La journaliste du journal de 13 heures de TF1 était en arrêt maladie depuis cinq mois en raison d’une maladie oculaire dangereuse, la kératite amibienne, provoquée par ses lentilles de contact.

Une pathologie qui l’a rendu fou loin des caméras et du plateau de son journal. “Pendant la lutte, j’ai passé deux mois dans le noir, avec les rideaux fermés, quelques lumières allumées et des lunettes de soleil à l’intérieur. Mon œil droit était toujours fermé.

Il n’avait pas d’écran. “Je ne pouvais même pas lire ni écouter musique depuis qu’elle me donnait des migraines”, a-t-elle avoué dans les pages du Parisien.

Après des semaines d’attente, la remplaçante de feu Jean-Pierre Pernaut était enfin prête à prendre en main son actualité le 16 mai. C’était un immense soulagement pour la Journaliste de 46 ans.

J’aurais pu y aller directement quand mon réveil a sonné à six heures du matin ! C’était mon grand jour, mon premier jour de rentrée. Il y avait pénurie ! Beaucoup d’entre nous avaient prédit que ce journal parlerait de retrouvailles, et nous avions raison.

Marie Sophie Lacarrau
Marie Sophie Lacarrau

J’étais fou de joie de retrouver les équipes, le public, et les correspondants qui tous me l’ont rendu. Suite à tous les messages, il m’a semblé naturel de commencer mon premier reportage en prenant à mon tour des nouvelles des téléspectateurs.

C’était mon petit clin d’œil pour lui rendre la pareille”. Marie-Sophie Lacarrau est ravie d’être de retour à l’antenne, mais elle n’oubliera jamais le rôle crucial que ses enfants ont joué pendant son arrêt de travail.

Ce n’est pas facile pour une mère de deux garçons passer ses journées dans l’angoisse. Elle s’est alors accrochée à “la routine de l’école des gosses”. aussi », a-t-elle déclaré. Marie-Sophie Lacarrau a réussi à s’accrocher grâce à ce régime. La meilleure médecine est la famille.

Elle débute un stage aux journaux Midi Libre et Le Villefranchois en 1996, puis aux télévisions LCI et M6.Marie-Sophie Lacarrau débute en 2000 à France 3 Quercy-rédaction Rouergue.

puis deux ans plus tard à France 3 Midi-Pyrénées, où elle présente sa première émission d’information régionale pendant les vacances de Noël 2005.

Marie Sophie Lacarrau

Le 12 août 2006, elle épouse Pierre Bascol. Elle a deux enfants. En 2010, elle remplace Catherine Matausch sur France 3 le week-end et devient la doublure de Carole Gaessler au JT 19/20.

Jacques Legros a pris la place de Marie-Sophie Lacarrau devant les caméras pendant plusieurs semaines. Le journaliste de 46 ans a été contraint au repos afin d’être soigné pour la kératine amibienne.

“C’est une infection de la cornée causée par des amibes, qui sont des parasites présents dans l’eau du robinet.” Elle a expliqué au Parisien que le combo mortel était des lentilles de contact et de l’eau du robinet.

Cette maladie oculaire est à la fois rare et grave. En France, il y aurait moins d’une centaine de cas par an.Lundi, cependant, les quarantenaires sont arrivés non seulement sans lentilles, mais aussi sans lunettes.

Elle a pris le parti délibéré, comme Jean-Pierre Pernaut, de tenir son journal sur fiches. “Avec mes lunettes, je ne me reconnais toujours pas.” Marie-Sophie Lacarrau confie à Télé Loisirs :

“Je préfère me donner du temps.” J’ai fait une dizaine de JT vierges ! Il était primordial de choisir une intensité lumineuse tolérable pour mes yeux. Je savais donc que je serais capable de traiter cette information.

Elle anime également l’émission économique In Situ sur France 3 depuis 2016.Elle a succédé à l’automne 2016 à l’animation du journal télévisé du 13 heures de France 2 d’Élise Lucet.

r de thèmes sur les victimes et les dégâts ont été diffusés. Le journal s’est intéressé à la diminution des budgets vacances des ménages. Le rebond de Covid-19 a également été noté.

Cette émission du 13h de TF1. news comptait 4,20 millions de téléspectateurs, soit 37,4% du marché. Le journal a perdu 0,5 point en une semaine. De plus, rien ne va plus pour Marie-Sophie Lacarrau, qui a perdu 4 points en un an.

Marie-Sophie Lacarrau a dû endurer des semaines de traitement et a été obligée de passer deux mois dans le noir, rideaux fermés, incapable de lire ou de regarder un écran en raison des violents maux de tête qu’elle ressentait.

Marie-Sophie Lacarrau s’est alors préparée pendant plusieurs semaines pour voir si elle pouvait continuer ses tâches professionnelles, comme écrire les nouvelles sur un ordinateur.

lire le téléprompteur, et soutenir les lumières sur le plateau “J’ai l’approbation du professeur Éric Gabison , directrice adjointe de service et spécialiste en pathologie cornéenne à la fondation Rothschild à Paris”, a-t-elle déclaré au Parisien.

“Je le voyais tous les jours, puis tous les deux jours.” Mon œil doit être réajusté à la lumière et rééduqué. J’ai d’abord porté des lunettes de soleil, puis j’ai commencé à les retirer. Les routines de mes yeux avec la lumière environnante sont revenues. Il l’a maintenant accepté.

J’ai mis à l’épreuve une journée de travail au cours des dix derniers jours, en écrivant un journal le matin pour l’habituer à Internet et en enregistrant de fausses nouvelles l’après-midi.

Mon œil a réagi rapidement. “Tout est revenu à la normale”, a-t-elle affirmé, ajoutant qu’elle “avait hâte” de localiser le plateau.

Marie Sophie Lacarrau
Marie Sophie Lacarrau