Famille Adde Finalement, le tribunal a reconnu Charles-Olivier Adde coupable du meurtre de sa fille et de sa femme. Juste après l’événement tragique de juillet 2019, il a avoué deux meurtres alors qu’il était en garde à vue.

Famille Adde
Famille Adde

Le jury de la cour d’assises de l’Hérault l’a condamné ce jour à 18 ans d’emprisonnement pour des infractions pénales. Le prévenu, resté impassible à la lecture du verdict, s’est également vu infliger une injonction de soins de 5 ans à Montpellier.

Un délai de recours de 10 jours s’est ouvert pour lui.Le parquet avait requis ce matin une peine de 25 ans de prison. L’accusation a qualifié le double meurtre de “crime sauvage et illogique”, mais le jury a été plus indulgent.

Lui et sa femme avaient conclu un horrible “accord suicidaire” qu’il était incapable de rompre. A partir du lundi 7 mars, Charles-Olivier Adde, 42 ans, sera jugé pour l’assassinat de sa compagne et de son benjamin.

tous deux retrouvés morts à leur domicile des Rives, au nord de l’Hérault, en juillet de cette an. Il dit avoir tué ses deux autres enfants et lui-même dans le cadre d’un “suicide collectif”, mais il a changé d’avis à la dernière seconde et ne s’est pas suicidé.

Les cadavres de Samantha, 43 ans, et Ombeline, 20 mois, ont été retrouvés par des gendarmes le 17 juillet 2019, lorsqu’ils ont fait irruption dans la résidence Adde et découvert les corps planqués sous des couvertures dans la cave.

Trois balles ont touché la première victime à la tête, tandis que quatre ont touché la seconde. Le père, haut fonctionnaire d’une entreprise de restauration bio, a été placé en garde à vue sans délai. Confronté aux policiers, il leur avoue calmement :

“Elle s’est allongée sur le ventre et m’a dit : ‘Ne ratez pas ça, je ne veux pas finir tétraplégique'”, raconte-t-il. Nous avons échangé des regards et des baisers affectueux, puis elle m’a demandé de le faire pour tout le monde, et j’ai accepté. Elle m’a essentiellement dit de « Fais-le ».

Il donne une excuse pour son comportement en disant que la paire essayait de s’éloigner du placement d’Ombeline. Après la première hospitalisation de l’enfant pour cause de malnutrition, la famille a été suivie par les services sociaux pendant près de six mois.

Cette dernière était exclusivement allaitée mais pesait néanmoins quatre kilos de moins qu’un enfant typique de son âge. Le juge des enfants avait émis une ordonnance de placement provisoire pour la jeune quelques jours avant les faits, ce que ses parents n’ont pas pu accepter.

Famille Adde
Famille Adde

Personne de sensé n’aurait pu les imaginer séparés. Le couple a refusé de quitter le pays et a plutôt décidé de “se suicider” ensemble. Si tout se passait comme prévu, il n’y aurait pas de drame ni de problème.

Les deux autres garçons du couple, alors âgés de 11 et 15 ans, devaient également mourir dans le cadre de ce sombre plan. Charles-Olivier Adde est allé chez sa belle-mère Marie-maison Claude après avoir assassiné sa femme et sa fille.

Sur le chemin du retour, cependant, l’accusé aurait eu le temps de les observer dans le rétroviseur et commencerait à « s’affaiblir ».

Lorsqu’il commence à avoir des doutes, il appelle sa mère, qui prévient les autorités et reste en contact avec son fils. S’il change d’avis sur le meurtre de ses deux fils maintenant, il dit qu’il se suicidera.

Charles-Olivier Adde a tué sa femme Samantha et leur bébé Ombeline, 20 mois, le 16 juillet 2019, aux Rives, près de Lodève, avant de décider de ne pas tuer leurs deux aînés et de se suicider.

comme le couple l’avait fait. prévu. quand deux personnes acceptent de se suicider. La cour d’assises de l’Hérault connaît actuellement de son affaire, et un jugement doit être rendu le 9 mars. Le procureur général a plaidé pour une peine maximale de 25 ans.

Commençant par les différentes plaidoiries et l’acte d’accusation, la troisième et dernière journée du procès de Charles-Olivier Adde débute devant la cour d’assises de l’Hérault, avec un verdict attendu en fin de journée. Lundi 7 mars, son procès s’est ouvert pour le double meurtre qu’il a commis en 2019.

Famille Adde

L’avocate générale, dans son réquisitoire, s’est davantage concentrée sur les circonstances entourant le meurtre que sur le crime lui-même, et elle a demandé au tribunal d’émettre une ordonnance de garde de dix ans et d’envisager de révoquer les droits parentaux des parents. du père.

Le magistrat est revenu sur la manière dont l’hospitalisation d’Ombeline, “la princesse de la famille”, souffrant de malnutrition, avait été vécue comme une “insupportable effraction dans le domaine familial”, ajoutant : “Cette inquisition est l’une des clés de comprendre le pourquoi et le comment.”

En raison “d’une relation fusionnelle entre Madame Adde et ses enfants”, la mère a pris la décision d’élever sa famille dans un relatif isolement dans le village des Rives, sur le plateau du Larzac.

L’affection irrationnelle fait que les parents « finissent par mal les aimer », comme le disait Isabelle Delande.

Charles-Olivier Adde se lève et prononce ses dernières remarques. La vérité m’a aidé à mûrir. Le premier changement significatif s’est produit lorsque j’ai avoué à mes deux fils que j’avais promis de continuer à vivre grâce à eux malgré l’angoisse.

le cœur brisé et le morceau de moi qui m’avait été enlevé par Samantha et Ombeline. Je leur ai dit que je resterais debout et que je leur expliquerais jusqu’à ce qu’ils l’aient.

Une « relation fusionnellede Madame Adde avec ses enfants » comprend la décision de la mère de relocaliser sa famille dans une communauté isolée du plateau du Larzac.

Mme Delande a souligné que les parents « finissent par les aimer horriblement » à cause de leur « acte fou et illogique », ce qui qu’elle qualifie de double meurtre.

Pourtant, est-il possible de trop aimer Flavie Baumelou, l’avocate de la défense, interpellée : Plus tôt dans la journée, Maître Chantal Corbier, au nom des deux fils, parties civiles, avait conclu : « De ce l’amour est venu un concept horrible”, après avoir rapporté le témoignage du fils aîné conformément à sa promesse envers lui.

Famille Adde
Famille Adde

L’avocat lit la déclaration émotionnelle de l’adolescent, qui commence par “Je pleure mon père” et continue par “Je me souviens du McDo après le karaté, des films sous la couverture et quand il nous a fait rire dans la voiture.” Ce monde moderne est plein d’étrangeté. On s’entendait bien en groupe.