Biographie Segolene Royal
Biographie Segolene Royal

Biographie Segolene Royal – Françoise Marie-Ségolène Royal est une femme politique française qui s’est présentée comme candidate du Parti socialiste à la présidence de la France lors de l’élection présidentielle de 2007.

Royal a intenté une action en justice contre son père en 1972, alors qu’elle avait 19 ans, car il a refusé de divorcer de sa mère et de payer une pension alimentaire et une pension alimentaire pour aider à payer la scolarité des enfants.

Elle a eu gain de cause dans son procès après plusieurs années devant les tribunaux, quelques mois seulement avant que Jacques Royal décède d’un cancer du poumon en 1981. Six des huit enfants, dont Ségolène, avaient exprimé le désir de ne plus le revoir.

Président Français

Diplômé de l’École nationale d’administration française, Royal est comme la grande majorité de l’élite politique du pays. Le président français, François Hollande, et Dominique de Villepin appartenaient tous les deux aux mêmes couches sociales que son ancien partenaire de 30 ans.

Pour différencier chaque année de classe à l’ENA, chacune reçoit un surnom: Royal a tenté de faire nommer sa classe à ses amis après Louise Michel, une révolutionnaire des années 1870, mais ils ont plutôt choisi le surnom de Voltair.

A l’ENA, Royal a supprimé le “Marie” de son prénom à trait d’union, qu’elle utilisait depuis qu’elle était enfant. Elle obtient sa licence de sciences politiques à l’Institut d’études politiques (IEP) de Paris en 1978. La même année, elle devient membre du Parti socialiste.

Fin 1978, elle s’inscrit à l’École nationale d’administration , où elle rencontre Dominique de Villepin et François Hollande, entre autres, et devient membre de la promotion Voltaire. Sur les bancs de l’école, entre la jeune femme et François Hollande, une idylle amoureuse se conçoit.

Diplômé de l’Ena, le couple attire l’attention de Jacques Attali, qui les engage tous les deux comme conseillers administratifs en 1980, avant de les présenter à François Mitterrand.

Ce dernier nomma alors Ségolène Royal comme conseillère technique au Secrétariat général de la Présidence de la République, où elle fut chargée de la Jeunesse et des Sports puis des Affaires sociales de 1981 à 1988 ; elle y travailla jusqu’à sa retraite en 1988.

L’année 1983 a marqué l’année où elle a été élue à son premier poste élu en tant que conseillère municipale de l’opposition à Trouville, au Québec.

Biographie Segolene Royal
Biographie Segolene Royal

Après trois ans à Trouville, elle décide de faire du Poitou-Charente son bastion politique, et en 1988, elle est élue à la Chambre des Communes pour la circonscription des Deux-Sèvres. Elle pourra ensuite se présenter indéfiniment pour être réélue.

Elle a pris la décision de se présenter aux élections législatives de 1988 et s’est inscrite dans le département rural des Deux-Sèvres dans la partie ouest de la province.

C’était un exemple de la tradition politique française du parachutage, qui consiste à placer de talentueux assistants politiques parisiens comme candidats dans les circonscriptions provinciales afin d’évaluer leur capacité à représenter le pays.

Son adversaire était un titulaire bien enraciné de l’UDF, et Mitterrand l’aurait prévenue : “Vous ne gagnerez pas cette fois, mais vous gagnerez la prochaine fois”, selon des informations.

Situé entre des quartiers majoritairement catholiques et majoritairement protestants, ce quartier est contrôlé par les conservateurs depuis la Seconde Guerre mondiale. Elle a gagné, malgré tout, et elle a exprimé sa joie en disant : Pour un parachutage, l’atterrissage est réussi.

Dès son entrée au cabinet Bérégovoy en 1992, elle est nommée ministre de l’Environnement. A l’époque, elle venait de donner naissance à Flora, son quatrième et dernier enfant, et elle s’est assise pour une séance photo avec son enfant dans les bras pour le magazine Paris-Match.

Un reportage qui a gagné en notoriété puisqu’il a été en partie réalisé par la journaliste politique Valérie Trierweiler, qui deviendra la future amante de François Hollande.

De 1997 à 2000, elle a été ministre déléguée à la Famille et à l’Enfance sous l’administration de Lionel Jospin. Elle est ensuite nommée ministre déléguée à la Famille, à l’Enfance et aux Personnes handicapées, poste qu’elle occupe de 2000 à 2002.

Ces cinq années au gouvernement lui permettront de défendre des sujets auxquels elle est particulièrement sensible, comme la la violence scolaire, le congé paternité et la pilule du lendemain, entre autres.

Lorsque Hollande a démissionné de la présidence du Parti socialiste à l’automne 2008, Royal a concouru contre la maire de Lille Martine Aubry pour le poste.

Royal a remporté le premier tour de scrutin, mais a perdu contre Aubry lors du second tour par une marge très mince. En 2011, elle s’est présentée pour la deuxième fois à l’investiture présidentielle du Parti socialiste, cette fois lors de la toute première primaire ouverte du parti.

République française

Cependant, elle ne s’est pas bien comportée et a abandonné la campagne après le premier tour, promettant son soutien à Hollande, qui a finalement été remportée. En 2012, Hollande a été élu président de la République française, bien que Royal n’ait pas obtenu de siège dans son administration.

Suite à une piètre performance duSocialiste aux élections municipales de mars 2014, Hollande remanie son cabinet, nommant Royal ministre de l’environnement et des ressources naturelles.

Elle est restée en poste jusqu’à la fin de l’administration Hollande en mai 2017. Plus tard, sous le gouvernement du président Emmanuel Macron, elle a été ambassadrice dans les régions arctique et antarctique du monde.