Affaire Michenaud – L’Affaire Méchinaud, également connue sous le nom d’Affaire des Disparus de Boutiers, désigne l’ensemble des événements liés à la disparition de la famille Méchinaud, le 24 décembre 1972, de leur domicile de Boutiers-Saint-Trojan, situé proche de Cognac.

Affaire Michenaud
Affaire Michenaud

L’enquête sur la disparition de Boutiers a été rouverte après une période de 48 ans. Actuellement, des enquêtes sont en cours. L’ancien amant de la matriarche de la famille a été interrogé et une enquête foncière a été effectuée sur sa propriété. Le ministère de la Justice enquête sur des informations récentes.

Le départ inexpliqué du couple Méchinaud et de leurs deux fils de la ville de Boutiers-Saint-Trojan dans le département de la Charente le soir du jour de Noël 1972 continue de préoccuper l’esprit des enquêteurs qui enquêtent sur l’affaire.

De nombreux itinéraires potentiels ont été étudiés, mais en vain.Cela faisait 49 ans depuis. Après avoir fêté le réveillon avec des amis de Cognac qui habitaient rue des Plantes, la famille Méchinaud a disparu alors qu’elle roulait en Simca 1100 le soir de Noël 1972. Avant cela.

ils avaient passé les vacances chez les Fontanilla. L’après-midi a été passé conjointement par les deux groupes de parents. Pierrette a 29 ans et Jacques a 31 ans.

Tous deux travaillent à la verrerie Saint-Gobain à Châteaubernard. Leurs deux fils, Eric, 7 ans, et Bruno, 4 ans, sont issus de leur union. La veille, les parents sont allés faire les courses pour leurs deux fils en prévision de Noël.

Une semaine plus tard, les gendarmes ont fait irruption au domicile de la famille de Jacques Méchinaud après avoir été prévenus par les parents de leur fils. Ils découvrent dans le réfrigérateur une dinde qui a mal tourné ainsi que des huîtres qui ont aussi mal tourné.

Les cadeaux des enfants, encore emballés, se trouvent sous le sapin de Noël, qui a été décoré de manière typique. Il y a un chéquier sur la table du salon. Aucun vêtement ou bien personnel appartenant à la famille n’a été perdu.

Après quelques semaines d’étude, il apparaît que l’image de la famille ordinaire s’est complètement brisée. Pierrette avait eu une liaison avec un résident local nommé Maurice Blanchon, qui vivait dans le village, pendant un certain temps et envisageait de divorcer.

L’un des collègues de Jacques Méchinaud à l’usine Saint-Gobain de Châteaubernard et le frère de Jacques Méchinaud affirment tous deux que Jacques Méchinaud l’a retrouvé il n’y a pas si longtemps 4.

Cependant, rien dans l’enquête ne permet de penser que cette piste particulière est plus susceptible que tout autre comme étant la cause de leur disparition.

Fouilles Archéologiques

Dans les semaines, les mois et les années qui suivirent, de vastes fouilles archéologiques furent organisées tout autour de Cognac et dans une partie importante des environs. La Charente est draguée sur des kilomètres, mais l’étude ne peut avancer car elle n’apporte pas de découvertes substantielles.

Après cela, d’autres fouilles ont été effectuées à plusieurs reprises et la rivière a également été inspectée à plusieurs reprises, par exemple en 2011, 2012 et 2013.

Entre-temps, il se serait disputé avec le couple de personnes âgées dont il utilisait la boîte aux lettres. Ils étaient dans la soixantaine. Gilbert lui aurait poliment demandé de quitter les lieux. Benyahia aurait éclaté dans un accès de colère dont l’intensité aurait été accrue par les effets de l’alcool.

Les allégations portées contre lui indiquent qu’il a frappé Marie-Louise au visage avec une bouteille. Après cela, il aurait pris des couteaux découverts dans la cuisine et aurait torturé le couple en les attachant avec du fil à un meuble de la pièce.

Il a même dormi dans la maison avant de mettre à exécution son plan de tous les massacrer et de fuir les lieux. Pour créer un environnement plus paisible, il se serait donné la peine de fermer tous les volets de la maison.

Ce jour-là, Benyahia a reçu une lettre l’informant des frais de justice à payer à un avocat dans le cadre de son dossier de permis de séjour. Cette lettre a donné l’impulsion à la vague de violence qui a suivi.

Maurice Blanchon, que tout le monde surnomme « Momo » dans la commune, ne comprenait pas trop pourquoi nous venions visiter son terrain qui borde la Charente au pied du pont des Boutiers lorsque nous l’avons approché pour la première fois.

“J’ai acheté ce terrain il y a vingt ans, trente après la disparition”, souligne ce passionné de mécanique, une partie du matériel qu’il y entreposait a été “détruit” par l’opération : “Ils ont fait venir une pelle qui a tout chamboulé, mon matériel a été poussé, plusieurs pièces métalliques endommagées.” “J’ai acheté ce terrain il y a vingt ans, trente après la disparition.”

Les détectives avaient le motif financier à l’esprit dès le début de leur enquête. La carte bancaire du couple est introuvable. Le bureau a fait l’objet d’une enquête assez approfondie. En outre

le 2 septembre, des espèces ont été retirées d’une banque et des transactions ont été effectuées dans plusieurs autres établissements.

Benyahia Lezzaz a été rapidement portée à l’attention des personnels de la police judiciaire de Versailles. Cependant, l’individu était déjà retourné en Algérie, son lieu de naissance. Enfin, le 16 septembre, l’homme, aujourd’hui âgé de 30 ans, rentre en France.

A peine descendu de l’avion à Orly, il a été placé en garde à vue. Après avoir été interrogé lors de plusieurs audiences distinctes, il aurait avoué*.

L’affaire a ensuite été ramenée devant le juge d’instruction quelques mois plus tard. Benyahia Lezzaz a nié toute implication dans le meurtre du couple. Selon l’une des sources proches du dossier, “il a dit qu’un autre individu l’avait fait, un complice inconnu”.

Affaire Michenaud
Affaire Michenaud