Affaire Camille Anguenot – Camille Anguenot est placée en garde à vue par les autorités quelques jours après que Théo Decouchant a été porté disparu. Elle a avoué la mort du jeune homme en décembre 2021, affirmant qu’il voulait l’agresser sexuellement.

Affaire Camille Anguenot
Affaire Camille Anguenot

Cependant, les détectives vont alors découvrir tout ce qu’elle a fait peu de temps après l’avoir tué, ce qui remet en cause sa défense.

W9 revisite le mystère de la disparition de Théo Decouchant, un jeune peintre en bâtiment de 23 ans disparu avant fin novembre 2021 dans la région de Besançon.

Camille Anguenot, 18 ans, avec qui il flirtait, était la dernière personne à l’avoir vu vivant avant sa disparition. Les copains du jeune homme ont compris que les déclarations de la jeune fille devenaient de plus en plus incohérentes très rapidement.

Elle a plaidé coupable tout au long de ses auditions d’avoir frappé Théo Decouchant avant de l’étouffer, ce qui a conduit à son inculpation pour le meurtre de Théo Decouchant. Depuis, deux thèses concurrentes ont fait surface :

l’une sur une femme qui s’est battue contre les agressions sexuelles, et l’autre sur une manipulatrice qui voulait se débarrasser de son “pigeon” alors qu’elle utilisait elle-même le terme “pigeon” pour désigner à la situation tout en niant qu’elle avait l’intention de le tuer. Elle est actuellement détenue en captivité dans sa propre maison.

L’acte d’accusation avoue être à l’origine du décès du jeune homme, comme l’a révélé notre publication du 9 décembre, à retrouver ici. Lors de ses auditions, elle a déclaré qu’elle se serait assoupie en sa présence le soir du 29 novembre, et elle a fourni des preuves à l’appui de cette affirmation.

Elle affirme qu’elle a été réveillée à quatre heures du matin par quelqu’un qui l’a touchée. Elle lui aurait donné un coup de poing au visage pour le chasser, puis elle se serait réfugiée dans la cuisine.

Etienne Manteaux

Il aurait continué sur ses traces et apporté des touches supplémentaires à la situation. Selon Etienne Manteaux, c’est ce qui aurait poussé Madame à saisir un couteau de cuisine et à le frapper au ventre avec.

“Alors qu’il était au sol, le jeune homme aurait proféré des menaces contre lui. Cela l’aurait poussé à retirer un cordon d’une de ses robes, à se positionner derrière lui, et à tenter de l’étouffer. Elle lui aurait lié les mains derrière son dos par crainte qu’il ne se réveille dans cette situation.

Décembre 2021, quelque part près de Besançon. Mon pote de 23 ans, Théo Decouchant, a des amis inquiets. Le jeune homme qui devait peindre des maisons ne s’est pas présenté au travail, il ne décroche pas son téléphone et ne répond pas à leurs messages.

En effet, Théo n’a plus été vu ni entendu depuis qu’il a passé la soirée avec Camille Anguenot, une jeune femme de 18 ans avec qui il avait flirté en boîte de nuit quelques semaines auparavant. Camille Anguenot était une jeune femme rencontrée en boîte de nuit.

Que s’est-il passé pour que Theo ait poussé un si grand nombre d’abonnés à ne plus payer leur facture ? Le groupe d’amis est arrivé à la conclusion qu’ils avaient besoin de plus d’informations et a décidé d’entreprendre sa propre enquête, en commençant par entrer en contact avec Camille.

A l’autre bout du fil, elle me rassure, à travers ses larmes, que sa compagne est partie aux petites heures du matin sans qu’elle ne détecte quoi que ce soit qui aurait dû l’inquiéter.

Les amis du défunt, quant à eux, ont leurs réserves, d’autant plus qu’ils s’apprêtent à faire une série de découvertes très désagréables pour la petite amie endeuillée.

Un témoin l’aurait vue au volant d’une voiture quelques heures après la disparition, moment auquel Et pas n’importe quelle voiture ; c’était la voiture de Theo, la personne qui a disparu !

Ils ne sont pas non plus au bout de leur peine puisque la jeune femme à qui ils parlaient au téléphone se serait moqué d’eux s’ils l’étaient. Sans aucun scrupule ni arrière-pensée, elle couvrirait aussi bien un mythomane qu’une séductrice.

Une version qui sera évaluée à la lumière des investigations et des éléments retrouvés sur les lieux par les enquêteurs de la police judiciaire de Besançon.

“Le procureur avait retenu la préméditation dans l’acte d’accusation initial”, lit-on dans la sentence. Ce critère n’a pas été maintenu ; mon client a été mis en examen pour homicide volontaire”, a simplement indiqué l’avocate du client, Me Catherine Bresson.

Affaire Camille Anguenot
Affaire Camille Anguenot